Combien de lots pour un appel d’offre de salle de contrôle ?

Vous êtes décidés à vous équiper d’une salle de contrôle ou de supervision, et pour cela souhaitez (devez) passer par un Appel d’Offre ? Les quelques lignes qui suivent ont pour but de vous aider dans votre démarche.

Tout d’abord, si vous n’êtes pas familier du sujet, nous vous suggérons de prendre le temps de lire notre Livre Blanc de la Salle de Contrôle. En effet, la salle de contrôle est un outil plus complexe qu’il n’y paraît au premier abord. De nombreuses technologies et espaces y cohabitent, ce qui vous oblige à détailler vos besoins afin de rédiger le CCTP ou votre cahier des charges.

La première recommandation consiste à bien séparer ce qui relève des applications métier (SCADA, processus internes, …) de ce qui relève d’une salle de contrôle standard. Si vous avez des doutes sur le sujet, notre Livre Blanc pourra vous aider. En effet, les acteurs et fournisseurs sont différents dans ces deux mondes.

Les acteurs métiers : éditeurs/constructeurs ou consultants, eh bien, … vous les connaissez puisque vous en êtes (du métier ;-)). Vous serez donc le meilleur juge pour estimer les lots correspondant à vos interlocuteurs habituels ; tout en gardant en tête une règle de base : plus de lots = plus de concurrents, mais en revanche plus d’interfaces, de travail interne et de risques associés.

Concernant la salle de contrôle, si vous n’avez pas d’expertise dans ce domaine, il est également fortement recommandé de grouper vos besoins fonctionnels dans un seul lot. C’est la meilleure assurance tout risque contre les erreurs d’interface, oublis, mauvaise ergonomie générale.

QUELS SONT LES COMPÉTENCES QUE DOIT MAÎTRISER CE FOURNISSEUR GLOBAL DE SALLE DE CONTRÔLE ?

 

En premier lieu, une expertise poussée sur les technologies d’affichage multi-écrans : mur d’images, écrans déportés passifs et tactiles, …, avec la capacité d’afficher n’importe quelle de vos sources métiers à l’endroit désiré. Ces sources peuvent provenir de serveurs ou machines connectés au réseau, mais aussi de terminaux mobiles à l’intérieur de la salle de contrôle.

La seconde expertise est celle du mobilier spécialisé. En effet, l’ergonomie doit être au cœur de votre réflexion : consoles opérateurs, sièges de travail, visiopanels, …,  tout doit être pensé dans la salle de contrôle pour que le personnel soit concentré sur sa tâche.

Pour les mêmes raisons, une compétence globale d’agencement de la salle de contrôle est nécessaire ; cela commence avec l’implantation générale du lieu mais va jusqu’à l’éclairage ou encore l’intégration des nombreux câbles inhérents à ce type d’espace.

En conclusion, notre recommandation est simple : l’allotissement d’une salle de contrôle doit se faire en séparant dans votre cahier des charges personnel la production des données à visualiser et à modifier (acteurs spécialisés métiers) et la gestion / affichage de ces informations dans la salle.

Recommended Posts

Leave a Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.